Rédaction web : le potentiel des contenus courts (snacking content)

07/11/2017
Rédaction web

On vous parlait il y a quelques années de l’importance des contenus longs. Ces conseils sont toujours d’actualité : creuser un sujet en profondeur permet d’optimiser son positionnement sur Google et d’offrir à l’internaute une expérience qualitative. D’un autre côté, les contenus courts sont aussi prisés : demandez à la génération Zap ! 😉

contenus courts snacking content

Dans votre stratégie webmarketing, pensez au « snacking content », contenu court et rapidement consommable !

Pourquoi créer des contenus courts autour de sa marque ou son entreprise ?

On parle de snacking content pour les contenus courts, récréatifs et facilement consommables. Ils permettent de diversifier les supports de publication et d’apporter une touche d’humain et de proximité à votre société.

Se rappeler régulièrement à ses prospects / clients est toujours bienvenu. Que ce soit pour fidéliser, valoriser son image de marque, informer sur ses promotions ou nouveautés, toute entreprise devrait utiliser les contenus courts pour rester au contact de son public cible.

Créer des contenus courts est une façon d’optimiser votre temps, car on peut vite se sentir dépassé dans le domaine de la communication. Prévoir une accroche pour un statut Facebook demande un peu de temps, mais pas autant que de rédiger un dossier complet pour votre site. Avec une stratégie bien pensée en amont et une bonne organisation, vous parviendrez à publier régulièrement du contenu pour être visible et bien vu par vos consommateurs.

Si vous vous faites accompagner par une agence e-marketing, vous êtes sûr(e) de ne pas faire de faux pas, et vous optimisez encore davantage votre temps.

Quels types de contenus sont adaptés pour du « snacking content » ?

Tous les formats peuvent être exploités dans l’optique d’un court article ou d’une courte publication sur les réseaux sociaux :

  • Texte: c’est tout un travail de rédiger une ou deux phrases concises pour faire passer un message clair, percutant, qui suscite l’intérêt ! Il ne faut pas hésiter à tester plusieurs formulations pour voir celle qui « coule » le mieux. Toutefois, un texte seul, c’est un peu tristounet. Si vous pouvez renvoyer vers un lien ou ajouter un visuel, c’est mieux. A noter que le snacking content ne concerne pas uniquement les courtes phrases d’accroche pour les réseaux sociaux, mais aussi les articles de blog courts (autour de 200 mots). Le but étant d’aller à l’essentiel, sans trop développer le propos.
  • Photo: une photo seule, avec un texte intégré dans l’image suffit parfois, mais c’est toujours mieux d’ajouter une petite légende (et des hashtags adaptés au  support). Les photos sont privilégiées pour du reportage sur le terrain : ce type d’actualité fonctionne bien auprès du public. Bien entendu, privilégiez les vraies photos prises par vos soins plutôt que celles issues des banques d’images.
  • Infographie : c’est le format idéal pour expliquer clairement un processus, un schéma, un comparatif, un concept… Et c’est un format qui se partage très facilement. Là encore, avec une légende textuelle, c’est toujours mieux !
  • Vidéo: une vidéo de 1 min peut facilement être regardée sur ordinateur comme sur mobile. Démonstration de produit, live, tutoriel, humour… Les possibilités sont presque infinies avec le format vidéo. Comme pour tous les types de contenus précités, c’est un vrai travail de savoir cadrer correctement, d’effectuer un bon montage (avec des sous-titres si besoin)… le tout pour une vidéo courte et agréable à regarder.

Pour vous donner un exemple, Beauvillé a opté pour du snacking content sur Intagram, dans une stratégie de fidélisation et de développement de notoriété. Sur Instagram, 3 indispensables : belle photo, texte accrocheur et hashtags. Ici l’idée est d’inviter les followers à entrer dans l’univers et les coulisses de la marque, tout en gardant un ton « haut de gamme » :

Où publier ses flash info et ses contenus courts ?

Les contenus courts sont essentiellement partagés sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, LinkedIn, Instagram…). On remarque que les phrases d’accroche courtes captent plus facilement l’attention et génèrent plus d’engagement que les longs développements de texte. A propos d’engagement, j’évoque rapidement l’importance de suivre les publications à moyen terme (répondre aux commentaires, etc.) !

Vous pouvez également mettre en place une rubrique dédiée sur votre site ou blog pour diffuser vos contenus courts : journal de bord, fil d’actualités, carnet de notes… Vous avez plusieurs possibilités de présentation.

Inspiré(e) ?

L’éditorialisation des contenus : un prérequis dans toute stratégie e-marketing

L’avantage des contenus courts, c’est que vous pouvez les relayer sur différents réseaux à la fois : une actualité sur votre site, un push sur Twitter, une photo sur Facebook (avec lien vers l’actu), etc. Editorialisez vos contenus en fonction de la plateforme. Si vous avez une bonne idée, elle peut être exploitée de différentes manières.

Prenons l’exemple d’une vidéo : vous la publierez sur votre chaîne YouTube avec une description assez complète (voire transcription du texte), vous l’intégrerez sur votre site avec un texte d’introduction, et vous la partagerez sur Facebook ou LinkedIn avec une courte accroche d’incitation. C’est une bonne façon d’éditorialiser un seul contenu produit (votre vidéo) sur 3 supports variés.

En fin de compte, une stratégie de contenu réussie est un équilibre parfait entre contenus longs / riches en information, et contenus courts pour susciter les interactions avec les clients. Que les contenus soient courts ou longs, ils sont à intégrer dans votre stratégie webmarketing globale : il faut de la régularité, de la pertinence et de la cohérence entre tous les supports de diffusion.